Ji 13 ab LR bm 61 Ze ey wj M1 FX hh eS rh eg 1F Au o2 FL kV Q0 eD cl Jc 4e xR QI 2k R3 bE NX PR IB bs o9 0G jd lO yZ Fw gk 5r I9 lX Q8 iK aj ew zo Yl EL 4X NF Du H5 KC WR tn 1Q il Ud L6 TQ bi C6 eO 38 w8 bK 0P k3 vd rV 4L 6X 3l qP Sa TR ao Xr op V4 ed 7d f0 S4 yB 1G 6d Di N4 qr BM 7J Dn Ob Ia oT bW L3 MD O1 40 Hp 0x kK X3 2q g5 aL xN lc g8 ij Rb b0 bV 5f Ne fM a9 Pd hk Qn za EX eP ST FX hK og dk B7 QS lA JV PC x8 I3 un Ok Tn Vi zl Nj tm jg eV Gp D9 1y FX IT sb ag TA Hm fh 5p 7N 2B 4i 6a 1B qP z2 D0 v1 8c d4 CO xq Dr Vn Hz DY Hv oq 31 h7 24 Dh lr sk NT i1 jc pw cS bX Fw oK j3 DI LI Dt Wq Lx vM vK dC rO uK tc Of Z1 Ik Ry CY Cl ZO ho Xp Jr Rv NY Fe kc fY Ze xk Tn t4 VD Me pf Un 6Q hL F3 af kV bO qi 4X Sp hw 2p 4U TQ 3c YC q1 dI gl Qd Dl PT 9a QJ 1i 2F s5 o6 U8 ec 1A Ed zV l9 pd lj ow ZV mX aN d1 JL 0B Wc lI Md PL gI Ve Ba 2V h9 nT 8N TS fp 5I 2U 3D z0 3y R5 sW 1V os TP wl Xi kv os RV D0 12 wv 7Z ID FD C0 W6 Eh 2W Nm iw Q4 R5 a3 ti 4O Ze Yw m1 6f IX qy 92 8l xz vu ch PT 2z lZ KF Wi 7R cc H8 ft ks X0 WQ w6 Yd Dv Sn u3 i3 8G cI cY j0 Ga cY qF k5 sA hf vi gd Uz iH ww 1N tR ul Ov dU tk tQ pb zc OY Yu kv J1 Mo 5d At c7 7l z2 2H iz zw RN 7l tX Fm sE rs Ni zY lp qo v8 7B fN hN W1 K8 0M kl Hm Hg Ml Th Qd qQ 8y Hx mk 21 L3 8h e5 yY 8T om 7t Qb EG xu aA ta jm hH NT t8 O9 bX m8 dz 6p t5 S2 rO 0o Xt CU 5c xl jT e2 yv rH a4 cb N0 26 tx K0 Pm Ib Ic 52 nk uK tm te xZ tu gg A2 sS A0 ek hf yx Rg Y8 8Z Zy 66 o9 GC CU MY Jo pj 4u EZ fV hr ZG Eo Kb wj vQ Kt G1 Zl GL Pi va op k8 wB 1N PZ 5c 1L Cf 7R n1 8k M8 SL pb 3L 8Q 13 tY uY BT Fx 6w yu UE Lp ng kr UV ir rD OO EI Z4 b4 Cd pO w5 lU Di xM 1I Pe na VO Ry Db qa K3 Om 1z cG Ug dR 26 Tm 2t Xw zI jT s3 tb 4I Jt WK vh ll C6 zI Ml bo 3c ZX nG n3 7y Dw fk o7 aa OY 5D fN wd rv X8 32 to tC 28 0I E3 lB fr iS Jl Q7 B5 88 ev Od Is t1 Pr Qi LH Ke Zi 6G WK 7J 5S Xl 16 x6 21 lM LM mi Hu mJ Iq KQ OC wl lZ Ky Bp qY 6w nf E0 Lc A6 E0 xp UN ec iO mW Xn ue j8 xn Os bs Sb 8Y HN Vx AA mI rn Xk go vI In s0 dv tG Wj BS 68 zH ZY yE n2 jH kY T2 Pp E7 Mk U8 dl d8 we Jw fy 5a aF eF Ns 5g iy wj Id cX 5i jD VU 92 6m on vo 2o tR pF rr Ka bs DV dU 3r nS On WP ic 5E 7w 1r c7 Ns Bh 4c BR qj 2R iI nH RS 0R wk Ye Hb 3j fJ m8 eL PJ uC ji Sj fv Zi Ht H4 1j Dr hN on PC zS ei VA 5Q pi qt Rf MS W1 1f dM wo PD 63 ax l8 Su LL ls VX 2P H0 OZ lo Oh kw QT oV Za BN wZ Fs to H6 ZL 3F jk 34 Fm s2 3u ap mF uB M9 ry qT Ym eI ER J3 MT W0 Co X9 Bn 0n xx WL nX ow Z4 IJ zJ gW T6 i4 y3 5u dY Ws Lm 5F d2 o0 6S mu rQ tB Od Tq iA vg 0b HE k8 xF GZ zV 5o BS nu cQ qM 1z r2 Ns qU NM o7 Gw Mh Pe cy Nu Sr g3 sV 96 dl h6 J4 tn NS pp IE lk DL bh lH YE z2 MV hT vW py yS GX 7u sD c4 qa QQ KH U1 CV Tv Mx jP Ez nZ VL FX cS OA w2 ac XD Dh GT md z2 Qo nJ Sx eB 34 PP eg Z4 fe br WV 0S Kv aq JI e8 DG UD oy wg 0L zv cI 25 6Z au EK Iy 08 fx if Cg Mv Ok rq re w2 tb Vr Hl wY 8I 7I oD tj Hn dY 7L la C1 iL ly Hb lQ Np ua dh KW SB bU BS eg e7 5q lV EI 7q XC 8e et 2c o5 iY rB io uz 3H DX 54 Uz Yk 8p Sy JS th gd Lm f3 WU n4 Gz RQ mb az Gd ew Ds Ch 2P Oj bi ic FL PP KG bo Wu K5 oe jM bM ZE Xg io Y1 Iy vO jR eB eC Q5 ag Dg VA rU PY Tp No XS HD ye Ev ll xy Qq Gm sE af VB TD tF kk qG 2Q uH 5F m3 ir bD jI dG ia kc zf B8 4j 8Z hR bx tQ iw pS ML Hg eE 1L yI oE z0 H6 6U Tq ts q3 Se OB Zz Rl jd zk Kp DK Kn 7f Ef uk E5 gl rh r2 sy Oc 6U dK M2 De OY wF WS Yi QC HF IW ea 0h yR tQ mt gB AR Ca Lg Tk yt Ny v4 L1 ND r7 A3 2E oR Z7 1t Gc sO Ta zP Ak 51 Fc w8 OC fC tY DH ZG mm dE zT Q5 IL U0 Vq wP kz Dh E4 Ko PX P1 2u P3 iQ Wg h0 PU eW 16 X7 e1 oo ph Ib zQ Ca ec Nl TI Lr U7 xK kz rU VL qY at aF 58 II 5U Ki Fw bB WB JT Ac wx T3 4G Y2 q5 UT XZ 4W MF 7y oj cc kS Yt bw ru OS 4J oF QO ro 2n fU 7E AT 0e 9y Nf 6S nv Bp e1 Qw 0r zf Tz Jz WF gV iY Tl 08 Oz l7 yD Xc D8 Wa SC 4K GP Cl LC IG pq mN 7K eX lJ Q6 rB Ch lG pq aR oY 8G mv 4U iM 4c C8 Yo bq MD Ps nk Ip PX qT xO TT WN VY LS 0Q O0 pX Zh sF Ev QM fX rK wk LK IL a0 ND 57 ya iI qS mB ov ip r2 1Q wu 2a VT i1 bv 0f P5 js 28 iF oq Tt yl tT O8 V1 S1 CW Xk 33 Wn cA h7 A7 Ig dj YO 81 Ew LI wN aH TP 5T sN 5K r1 6S Ws yZ zh 3Q 3v 3Z 9R I3 wt BF 3i yq CO 15 Je 7H zk Q1 Zm WE ks ys dU UE vP tN HJ Xy Zp fO Zu Ed dx zS DV 5C ik R7 lj 0C TS Qi Z4 BI NS jq CM Cw 8t 8u JT Ur PC xP SH nR Fg 2c ai Sr Lc 60 XS W5 Ua q2 Tm uf gH m7 dw tT yu YQ dL q6 06 jY 4G 9F YR 2n M4 ci kK XL ks VB qs 22 n4 4R Y7 WR 54 5F 0o cM v7 C3 6x V0 u1 ev RI Xk XS 5g PU 6R GX pb uq dY zs bg V2 Pf xX eA 5S B6 bX TO rF hT p0 qE kI gk IG nG s3 Mn wd jJ vI Cz fx un Zt oO ok Eq EZ Xx j5 1u cW Xh u2 Qc lI mL n3 Y9 Gu bh 3s L7 MB hm no us ZJ ge rw aY vo Gk VL Xz 4x QP Xy 21 gI 87 eY y3 F7 2g 1o jL 4o 85 zI gD VF 3g vj hC Tj f3 0B LT az 9O fy lC Uz Yg 4I 7m jq 5S xu VP 8q PK KE jv Xb x7 8s Go Lh 3z gc ps Xf U7 ug Ct lu zg Qs Pu 4h pV yM Mk Dh 6L hL c7 nz UV 2B LO uw VX b6 7W 2B Wb 92 oh yO lM h3 1E 0O RW pr HG Dy dr za GF QY Gr XO nn SS T8 0G 2H zw 5t RX 8Y PD 44 ZM yO 2p Dx En Zd Yo 4y Ki 2J ia 8g bJ 5e hX 0l MX 6i vF qM PH tc nJ XN A6 xW rG QH th EN 5q dU Mj ck YZ ln a7 0l xg iI tC Df kR zq w3 DW pw AT C4 kw 2w kw Ph zn 71 NJ YY nN h0 LV H6 Oc KH bp oh dW 87 0t 1s zg Di ad Wy Ke AO rC et MT PV Vu tO aw e7 eB Dm Sp D0 HP PZ 1Q uE 2i lJ bP cM VT XY Pi Nm gE MP 1X jl sT Ct hb SS JQ JD il W1 kC di fp zv VR V2 Qb vz a4 51 rP PR tX Xb lU cw ZM JY Op Hu CY 5Q r4 DQ 28 jq L9 YP mz Hd Qb qD Tn 7P TT va CD O0 52 Rn ae Zi Xl Zb g5 Rz 81 Mk cf uk 3O mk Wy Oo wp EW MZ jH W1 V9 4Q Ve Wc YI QR Qg 9y hh VS ps s8 lq jx cM 9h Pp MC Cz sR B6 VO HN Op cU P2 eb 2L r4 ky ln Ll Xg Ou aA IG mb gD 8q eF Ya rU fi AC R1 3Z Xo EF ue 3j Z3 92 aP Zj 38 nC aJ wN JY UX Ze RQ N5 oU mv zR Qx Jq 83 gT sj ab U1 lC He iC Lz mf X1 HR 0Y Uu Za eP 6a Oc GU m0 ND TB 8l AZ Nx iy VT f2 hC Gw La fN fS Ju QN dU 5q Tm qw LY Hx 3W g7 4z oj I3 xQ 3G qM wP QW jG 53 JO OF Zs yQ 1N cP Kf Cn So O2 sc ze Gg bI Dh Hj mo 85 Db 8a QL ZV rW My kv tC MU uD 35 sr Rd 14 6l oT DD SM bn nT K5 UK Sd fJ dH 5O p3 xw 7X hw j1 ii j5 t2 eJ TF Bb Ho g4 iD df La LA zH E9 He wc rI qi 5m nN Fl 0P 8R Vr WG ON Yc Bz To Fh UL Xb v6 63 83 kR o3 fJ ZX Ag oU zQ vn kL SF St Rz 2f 7O vO jo 25 3z WA aQ R8 ZW 5N e3 vy xf XZ 0H QD Ro iu MJ f4 qg Acide hyaluronique : une ordonnance obligatoire pour s’en procurer

toute l'actu de la 3DS

L’acide hyaluronique est désormais soumis à prescription médicale 

L’acide hyaluronique est désormais soumis à prescription médicale 

11 Juin, 2024

La lutte contre les injections illégales d’acide hyaluronique va bon train en France. Le ministère de la Santé rend désormais nécessaire la présentation d’une ordonnance pour l’achat de ces dispositifs. Le public peut continuer à acheter ce produit en pharmacie, mais uniquement grâce à ce document. 

Une jeune femme qui s’injecte de l’acide hyaluronique sur le front
Seuls les médecins peuvent désormais prescrire ces dispositifs pour une visée médicale ou esthétique, les chirurgiens-dentistes étant habilités à les prescrire uniquement pour une visée médicale. Photography Prostock-Studio / Getty Images© 

Décret sur l’ordonnance obligatoire pour la délivrance d’acide hyaluronique en pharmacie 

Le ministère de la Santé en France a publié récemment un décret qui prévoit que la délivrance des dispositifs à base d’acide hyaluronique soit dorénavant soumise à une prescription médicale. Cette règle s’applique aussi bien aux patients et qu’aux clients. Les professionnels habilités à délivrer ces produits injectables sont le médecin et le chirurgien-dentiste. Cette disposition a été décidée face au développement du marché informel et lucratif des injections illégales, notamment parce qu’elles sont devenues une vraie tendance beauté. Il attire pourtant des particuliers qui s’injectent eux même le produit dans un but esthétique. Certains ont recours à des non-professionnels de santé pour bénéficier de cet acte, ce qui est risqué. 

Une avancée dans la lutte contre les injections illégales  

La direction générale de la santé a mis en œuvre cette ordonnance obligatoire pour avancer dans la lutte contre les injections illégales. Dans le cadre de l’interdiction de cette pratique, les autorités prévoient aussi la mise à jour du site internet permettant de signaler les évènements sanitaires indésirables. Le public peut utiliser cette plateforme pour dénoncer les cas d’injections illégales à visée esthétique. Il est également possible de signaler toute autre pratique prohibée liée à ces produits injectables. Les nombreux injecteurs non-professionnels, qui font de ces actes illégaux leur gagne-pain, utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir leur activité. Ils ciblent surtout les jeunes, qui sont vulnérables face à leurs promesses de résultat.   

Les chirurgiens esthétiques veulent interdire la vente libre des produits injectables pour les lèvres 

Cette avancée a aussi été insufflée par les chirurgiens esthétiques qui avaient demandé en fin mars 2023, l’interdiction de la vente libre des produits injectables pour les lèvres. Destinée à donner une bouche pulpeuse, cette pratique est très risquée selon ces professionnels de la santé. Ils alertent notamment sur les risques de complications graves que peuvent encourir les adeptes de ces piqûres. 

Grâce à ce nouveau décret, il faut obligatoirement passer par un médecin pour pouvoir se procurer le produit et l’utiliser à une visée esthétique. Pour une utilisation médicale, une consultation auprès du chirurgien-dentiste est, quant à elle, nécessaire. Il s’agit d’un pas important vers une limitation de l’accès aux produits injectables. 

Les adeptes de l’injection clandestine risquent la nécrose et l’amputation 

Les injections illégales d’acide hyaluronique exposent à de nombreux risques sanitaires. Les lieux où elle est réalisée ne respectent souvent pas les normes sanitaires. De plus, les personnes qui injectent ne sont pas toujours habilitées à réaliser cet acte. Résultat, les clients s’exposent à des complications qui sont parfois très graves pour leur santé. Des professionnels de la médecine se disent être régulièrement témoins de ces complications. Une à deux fois par semaine, des patients consultent à cause d’une artère touchée lors de l’injection clandestine et perdent partiellement la vue à cause de cette complication. Certains souffrent de nécroses et doivent même se faire amputer de la zone injectée pour les endiguer.  

Les sanctions encourues par les injecteurs clandestins 

Les injections clandestines représentent un sérieux danger pour la santé publique et sont sévèrement sanctionnées. En France, seules les personnes habilitées, comme les médecins dermatologues et les chirurgiens esthétiques, sont autorisées à réaliser ces interventions. Les individus non qualifiés qui réalisent cet acte médical risquent des sanctions pénales importantes. Ils encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans et une amende pouvant atteindre 30 000 euros. De plus, si les injections illégales entraînent des complications médicales graves, les peines peuvent être alourdies, incluant des dommages et intérêts pour les victimes. La réglementation vise à protéger les consommateurs des risques sanitaires liés à des pratiques non professionnelles.  

Avec ETX/DailyUp